donald judd portrait

Donald Judd, artiste et designer du minimalisme

Le Museum of Modern Art de New York vient de consacrer, jusqu’au 9 janvier dernier, une rétrospective à l’œuvre de Donald Judd. L’occasion de revenir sur la pratique artistique de cet artiste majeur du XXe siècle.

Donald Judd (1928-1994) est un artiste américain, figure majeure du Minimalisme. Dans les années 40, il suit des cours de peinture à l’Art Students League de New York, puis des études de philosophie à la Columbia University. Une fois ses études achevées au début des années 50, il suit les cours de l’historien de l’art Meyer Shapiro, et deviendra alors critique d’art pour de nombreuses revues spécialisées. Dans ses publications, il développe ce contre quoi il lutte dans sa pratique artistique, à savoir le figuratif, la composition… tout ce qui se rattache aux grands principes de l’histoire de l’art. C’est chez les grands maîtres de l’abstraction tels que Jackson Pollock, Mark Rothko ou Barnett Newman, qu’il commence à trouver des réponses.

En 1963 a lieu la première exposition personnelle de Donald Judd et, en 1964, il commence à travailler sur des sculptures murales. Alors qu’il exécute ses premières œuvres lui-même (en collaboration avec son père, Roy Judd), il commence, la même année, à déléguer leur fabrication à des artisans professionnels (tels que les Frères Bernstein, propriétaires d’une usine de métallurgie), à partir de ses dessins.

En 1965, il publie son texte « Specific objects » considéré comme son manifeste : il y annonce le principe de la fusion des arts, et donc la fin de la distinction entre sculpture et peinture, qu’il considère comme attachée à une vision académique de l’art. Les œuvres d’art sont des objets, et elles ont vocation à offrir une nouvelle organisation à l’espace. Son Œuvre se caractérise alors par la simplicité des formes géométriques, par des rythmes sériels et par des jeux d’opposition de matière et de couleur. Son Œuvre sera rattachée au Minimalisme (malgré le rejet de cette appellation par les artistes qui composent ce « mouvement »), qui se caractérise par un souci d’économie de moyens et qui hérite du célèbre principe de l’architecte Mies Van der Rohe : «Less is more » , ou encore des œuvres de Malevitch. Le Minimalisme regroupe des artistes tels que Frank Stella, Robert Morris, Sol Lewitt ou encore Carl André. Le point commun de ces artistes porte avant tout sur la perception des objets et leur rapport à l’espace.

Donald Judd met en application ce principe de fusion des arts avec Stack, œuvre emblématique de son travail qui est reconnaissable à ses alignements verticaux de pavés colorés : leur nombre varie en fonction de la hauteur du mur qu’ils occupent, ils sont toujours en nombre pair (aucun des pavés ne doit être l’élément central), la dernier pavé ne doit jamais toucher le sol (pour ne pas être considéré comme la base de la colonne) et l’espace entre chaque pièce est toujours le même (l’espace fait partie intégrante de l’œuvre).

stcak donald judd centre pompidou

 

 

 

 

 

 

 

Donald Judd 
Stack, 1972
Acier inoxydable, Plexiglas rouge
483 x 102 x 79 cm
Chaque élément : 23 x 102 x 79 cm
Centre Georges Pompidou, Paris (achat de l’Etat, 1973)

 

Il étendra ce principe de la fusion des arts à l’architecture et au design, notamment avec l’aménagement de bâtiments qu’il achète  dans la ville de Marfa au Texas, et conçoit un mobilier dans le prolongement de ses créations plastiques. La conception de ses premiers meubles remonte à 1965 mais c’est vraiment à partir de 1984, à l’occasion de l’exposition collective Forms that Function à la Katonah Gallery, que ses meubles sont montrés pour la première fois au public : on peut y découvrir un bureau et une chaise en pin réalisés par Judd d’après un prototype conçu en 1978 pour ses enfants. Ses meubles sont considérés par la critique de l’époque comme des pièces majeures de l’exposition, aux côtés des lampes Akari d’Isamu Noguchi. L’enthousiasme de la critique aura pour conséquence l’accélération de la production du mobilier de Donald Judd. Il confiera, en 1984, à ce sujet : « Jusqu’ici, les seuls meubles que j’ai réalisé étaient pour moi-même, bien que je sois en train d’en envisager l’expansion. Je pensais que le mobilier pouvait sembler être en contradiction avec l’art, qu’il embrouillait les choses, mais mon opinion à ce sujet est en train de changer ».

Si la création de mobilier par les artistes atteint son paroxysme avec le mouvement des nouveaux réalistes des années 1960, avec les tables basses ou les luminaires d’Arman, les tables et chaises de Yves Klein, ou encore les sièges de Niki de Saint Phalle, le design d’artiste s’imposera véritablement au cours des années 80.

Les œuvres de design de Donald Judd incluent des chaises, des lits, des étagères, des bureaux et des tables. Juste avant son décès, il travaille également sur des dessins pour une fontaine commandée par la ville de Winterthur (Suisse) et une nouvelle façade en verre pour une station de chemin de fer à Bâle (Suisse).

 

 

Donald Judd
Chaise 84 Design, 1982
Pin
Dim. 76.2 × 38.1 × 38.1 cm

single daybed donald judd

 

 

corner chair donald judd

 

Donald Judd
Single Daybed  32, 1978
111.8 × 203.2 × 115.6 cm

 

 

 

Donald Judd
Corner Chair 15, 1984
75 × 50 × 50 cm